VILLA DIDON CARTHAGE

Ancrée sur la colline de Carthage, dans une mythologie vécue au quotidien, au cœur du parc archéologique, Villa Didon s’ouvre à son nouveau destin.

Hôtel mythique, renaissant à une vie nouvelle, dans un concept tout à fait moderne, il n’oublie pas le murmure des pierres millénaires. Celles-ci racontent qu’en des temps anciens, au début du siècle précédent, il s’appelait Hôtel Saint Louis, du nom de la cathédrale voisine.
Petit hôtel de style colonial, il vécut de nombreuses vies, avec des bonheurs divers, mais fut toujours le lieu où bat le cœur de la cité reine.

Poètes, historiens et esthètes le recherchaient pour la calme sérénité et la puissance d’évocation qu’il dégageait. Les noctambules hantèrent un temps « Les caves du Roy » dont il fit un haut lieu des nuits carthaginoises. Les gastronomes et les curieux fréquentèrent ses tables pour les dîners carthaginois qui s’y élaborèrent, fidèles aux recettes antiques. Puis, il ferma ses portes et attendit un nouveau destin.

L’« Observatoire » conçut un éclairage personnalisé, dessinant des espaces et des atmosphères différentes.
Rachid Koraïchi fut invité à mettre sa touche : il anima le lobby de somptueuses bannières de soie aux couleurs des quatre saisons, et ponctua les terrasses « Zen » émaillées de stèles restituant calligraphies réinventées et signes ésotériques recomposés.

Villa Didon toute entière est sertie dans un jardin carthaginois suspendu où se mêlent procédés de construction antiques et contemporains, et pour lequel on a choisi les essences qui s’épanouissaient dans la Carthage antique : oliviers, palmiers, cyprès, vignes, orangers, lavandes et bougainvillées. Le parc archéologique mitoyen en est la continuité naturelle.